fbpx

-15% de réduction avec le CODE : SUMMER24

2/3 des docteurs américains sont favorables au cannabis médical

Les mentalités évoluent aux USA. Le rapport au cannabis change et la sphère médicale s’en trouve bouleversée si l’on en croit un sondage récent, datant d’avril 2021 et paru dans la revue Cannabis & Cannabinoid Research. Les résultats de l’enquête sont édifiants : 2/3 des docteurs américains sont favorables au cannabis médical et 1 professionnel sur 4 a même déjà incité ses patients à en consommer. Plus de 1 500 praticiens ont participé à ce sondage, ce qui a permis à la fois de connaître la position des docteurs sur l’utilisation du cannabis médical et d’en savoir plus sur leurs connaissances du système législatif dans leur État.

Connaissances des docteurs et leur usage du cannabis médical

Selon le sondage, près de 70 % des docteurs sont pour le cannabis médical. Ce chiffre semble en accord avec l’opinion publique puisqu’une autre enquête récente indique que 91% des américains sont favorables au cannabis.

Étonnamment, l’enquête révèle une certaine méconnaissance des docteurs quant à la législation sur le cannabis. En effet, on note que 60 % des répondants ne connaissent pas très bien le statut du cannabis au sein de leur État, et ignorent certaines avancées comme le récent projet de loi visant à accélérer la recherche et autoriser ultérieurement le cannabis médical.

Pire encore, bien que la plupart des médecins ont été convaincus de l’efficacité du cannabis par des études et des preuves scientifiques, les résultats du sondage pointent tout de même du doigts les croyances erronées de certains docteurs qui ne découlent d’aucune étude ou preuve scientifique, mais simplement de la récente légalisation du cannabis dans une trentaine d’États déjà. Selon ces praticiens, si l’État l’autorise, c’est que le cannabis est efficace. L’autorité se substituant ainsi aux découvertes scientifiques.

Face à ce manque de connaissances, l’équipe chargée de l’enquête va jusqu’à envisager la création d’une nouvelle formation relative au cannabis thérapeutique, à ses bienfaits et à ses applications en médecine. Cette formation pourrait être bénéfique pour les docteurs mais également pour l’ensemble des praticiens pouvant être amenés à prescrire du cannabis médical.

 

Des politiciens encore frileux malgré les avis scientifiques favorables

Le directeur adjoint de la fondation NORML, Paul Armentano s’agace de la situation : « les politiciens ne devraient pas se mettre en travers du chemin des patients en s’opposant aux efforts visant à permettre aux professionnels de la santé de leur recommander du cannabis dans les cas où ils pensent que c’est thérapeutiquement approprié. ».

Il déclare même que les résultats de cette nouvelle enquête devraient être utilisées comme une preuve, un argument supplémentaire pour changer la vision des politiciens.

Effectivement, ces derniers sont frileux et veulent rester prudents sur l’usage du cannabis médical, et ce, malgré tous les éléments positifs et favorables émanants des scientifiques, du corps médical et des patients eux-mêmes.

 

Une autre enquête menée au Texas indique que 61 % des patients ont fait le choix du cannabis thérapeutique, plus naturel et plus efficace parfois, en remplacement de leur traitement classique avec molécule chimique médicamenteuse, prescrit uniquement sur ordonnance. Rappelons que dans cet État, le cannabis a été reconnu comme un médicament à part entière depuis la loi sur l’usage compassionnel de 2015. Malheureusement, l’accès à ce programme d’usage compassionnel est beaucoup trop restrictif, ce qui réduit drastiquement le nombre de patients éligibles. Beaucoup n’ont pas l’opportunité d’en bénéficier alors que leur pathologie le permettrait et que leur état de santé le requiert.